GALERIE DE L’UQAM
Bénédicte Ramade
COMmISSAIRE

Bénédicte Ramade est historienne de l’art, critique et commissaire indépendante. Elle a consacré son doctorat à une réhabilitation critique de l’art écologique américain et, depuis 2016, ses recherches sont axées sur l’anthropocénisation des savoirs et des œuvres. En 2016, elle dirige The Edge of the Earth. Climate Change in Photography and Video, catalogue de l’exposition éponyme produite avec le Ryerson Image Centre à Toronto. En 2019, elle inaugure la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement avec l’exposition thématique Apparaître-Disparaître. Elle rédige actuellement Vers un art anthropocène. L’art écologique américain pour prototype, refonte actualisée de sa thèse pour Les presses du réel. Elle est chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Montréal, après avoir enseigné pendant une décennie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Maryse Goudreau 

Maryse Goudreau, artiste multidisciplinaire née à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, vit et travaille à Escuminac, en Gaspésie. Elle a toujours évolué en Mi'kma'ki, le territoire ancestral Lnu’k (Mi’kmaq). Elle réalise des œuvres où se croisent images, documents, gestes de soin artistiques et participatifs. Hybride, sa création traverse la photographie mais aussi l’essai vidéographique et photographique interactif, les dispositifs immersifs, l’art action, ou encore l’art sonore. Maryse Goudreau investit le champ de l’art à portée sociale avec plusieurs projets participatifs dans la péninsule gaspésienne, comme Manifestation pour la mémoire des quais et Festival du tank d’Escuminac – première et dernière édition. Au cours des dernières années, elle a exposé à la Biennale de Venise (Pavillon du Centre PHI de Montréal, 2019), au centre d’art Dazibao (Montréal), à la Galerie Leonard & Bina Ellen (Montréal), au Museo de la Cancillería / Instituto Matías Romero (Mexico, Mexique), à VU, centre de production et de diffusion de la photographie (Québec), à l’Annenberg Space for Photography (Los Angeles, États-Unis), au Centre Bang (Chicoutimi) et au Centro de Arte Contemporáneo Wifredo Lam (La Havane, Cuba). Maryse Goudreau a remporté plusieurs prix, dont le prix Lynne-Cohen (2017), décerné en partenariat avec le Musée national des beaux-arts du Québec. Ses œuvres font partie de plusieurs collections, notamment celle du Musée des beaux-arts de Montréal.
www.marysegoudreau.com

Kelly Jazvac

Kelly Jazvac est une artiste canadienne établie à Montréal. Elle fait également partie d’une équipe de recherche sur la pollution plastique appelée The Synthetic Collective, qui comprend des scientifiques, des artistes, des historiens et historiennes de l’art, des philosophes ainsi que des auteurs et autrices. Les travaux de ce groupe de recherche ont une grande influence sur la pratique artistique de Jazvac. Elle expose actuellement au Musée d’art contemporain de Montréal, au Museum of Modern Art de New York et au Centre d’art de l’Université de Toronto. Elle a exposé récemment à l’Eli and Edythe Broad Art Museum (East Lansing, États-Unis), au Centre d’art contemporain du château Ujazdowski (Varsovie, Pologne) et à la Galerie Fierman (New York, État-Unis). Son travail a été commenté dans le National Geographic, le e-flux Journal, Hyperallergic, Art Forum, The New Yorker, Canadian Art Magazine et The Brooklyn Rail. Ses recherches collaboratives associant l’art et la science ont été publiées dans des revues scientifiques telles que Nature Reviews, GSA Today et Science of the Total Environment.
www.kellyjazvac.com

Jessica Slipp

Jessica Slipp est une artiste interdisciplinaire qui vit et travaille à Tiohtià:ke (Montréal). Son travail explore les perspectives du paysage et notre existence au sein du monde – des particules qui le composent aléatoirement à la nature que nous incarnons. D’ascendance coloniale, Jessica reconnait son statut d’invitée sur des territoires autochtones non cédés et, dans son travail, cherche des façons de déconstruire les perceptions dominantes sur le paysage à travers des interventions performatives centrées sur la relation fondamentale entre corps et terre. Elle croit que, en ces temps de crise sociale et écologique, il est d’une importance cruciale de remplacer nos manières anthropocentriques de penser le monde par une approche plus bienveillante et compatissante. À l’occasion de diverses expositions de groupe, ses œuvres ont été montrées dans nombre de provinces canadiennes et en Suède. Elle présentera prochainement des expositions individuelles au Neutral Ground Artist Run Centre (Régina, Saskatchewan, 2021) et à la FOFA Gallery (Montréal, 2022). Elle est titulaire d’une maitrise et d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia, Montréal. 
www.jessicaslipp.com

Clara Lacasse

Clara Lacasse est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts avec une majeure en photographie de l’Université Concordia. Elle s’inspire de la construction des récits liés à l’Histoire, à la nature, aux sciences et à l’imaginaire collectif. Par un travail axé sur l’image photographique, elle soutient une réflexion critique sur les représentations engendrées par la culture visuelle et sur l’image comme instrument de connaissance et de pouvoir. Ses projets sont souvent le fruit de collaborations avec des organismes scientifiques, médicaux, juridiques ou culturels. Par ces partenariats, elle témoigne du dialogue complexe entre science et culture en remettant en question les vérités qui leur sont propres. En 2019, Clara Lacasse participe à une résidence de recherche-création à Fermont dans le cadre de la programmation du centre d’artistes autogéré PANACHE art actuel (Sept-Îles) et est récipiendaire d’une bourse de soutien au développement octroyée par VU, centre de diffusion et de production de la photographie (Québec). En 2021, la Galerie d’art Desjardins (Drummondville) présente la première exposition solo de l’artiste.
www.instagram.com/carbsnproteins